Tous les articles DESIGN en ville

A Lyon, Première Edition du parcours Design en Ville

Du mercredi 17 novembre au jeudi 2 décembre 2010, en résonance avec la Biennale du Design de Saint-Étienne, se déroulera la première Edition du parcours Design en Ville : 15 jours durant, Lyon sera le théâtre privilégié d’un dialogue entre le Design, les Marques et la Gastronomie.

lire plus

Quand le Design met en appétit

Pour sa première édition, Lyon Design en Ville se propose de concevoir un parcours urbain articulé autour d’une thématique forte, pleinement en lien avec ce qui construit la notoriété de la ville de Lyon, L’art de vivre autour de la table.

lire plus

Lyon Design en ville – Claude Cartier Decoration invite Edward Van Vliet

Edward Van Vliet / Moroso + Vanessa Mitrani + Alexis Reynaud : Cartier à flots

« Carpe diem » ou du poisson au menu de la scénographie de la très pointue Claude Cartier que l’on n’attendait pas forcément dans un registre aussi décalé. Dans cette affaire de poisson, il y a une source, les vases de Vanessa Mitrani tellement transparents que les poissons prennent la clef des bulles de verre. Coupe, vase, tasse, mug, misant sur
l’effet seriel, la décoratrice avisée provoque une rébellion esthétique du plus bel effet avec son banc de poissons naviguant d’une bulle à l’autre. D’autant que l’installation a pour univers un océan de poésie créative avec la collection Sushis de Edward Van Vliet pour Moroso.


Brodées main, les courbes sinueuses de l’hypothétique parcours d’une carpe ondulant du canapé aux poufs boules et autre méridienne. Formes réinventées, matières nobles, sujet interprété avec grande poésie, l’extrême raffinement de l’ensemble font de cette collection une exception. La décoratrice argumente encore son univers avec les
clichés de fonds marins ultra stylisés du photographe Alexis Reynaud.

Ne reste plus dès lors au chef Thomas Ponson qu’à donner sa version de bon goût, la travaillant à sa manière sur le thème de la déclinaison.

Lyon Design en ville – Eurocave invite le designer HTE

Lyon Design en ville – Eurocave – photo thierry chassepoux

Eurocave au central ampère, HTE et Patrick et émilie Millereau / Restaurant Jofé

Dive bouteille
Dans le vaste hall d’entrée du Central Ampère (siège d’Esprit des Sens, coorganisateur de l’événement) va prendre place la ShowCave, une cave à vin d’un nouveau genre, spécialement érigée par le spécialiste en la matière EuroCave. Une mise en scène complètement décalée dans l’objectif de montrer la grande facilité d’installation de cette armoire vitrine laissant apercevoir son contenu. Derrière la porte en verre, des bouteilles de vin certes, mais des bouteilles qui vont attirer le visiteur amateur comme un aimant. Point de saint-émilion, ni de côte-rôtie, mais les ingrédients constituant leurs arômes !!! Des bâtons de cannelle passe encore, mais comment faire entrer une banane ou des agrumes dans une bouteille ? Là se pose une question technique à découvrir sur place. Un éclairage savant, mis en scène par HTE qui a réalisé notamment la mise en lumière du Port de Lyon, cette scénographie s’annonce comme un hommage au métier de sommelier. Patrick Millereau le chef de Jofé, et Emilie, son épouse sommelière, dont le restaurant revendique haut et fort le principe de boire pour manger nous mettent au diapason et annoncent un dîner épique, avec du vin au menu, plus exactement des accords vins et mets et non l’inverse.

Lyon Design en ville – 39Galerie invite Fabien Dumas

Fabien Dumas / My Na me is OO ..! ça c’est design !!!

« En joyeux érudit, Arnaud Trimaille a décidé de faire de sa passion pour l’art le métier d’une vie. Sa période de prédilection : les grandes signatures françaises et italiennes du mobilier vintage des années 1950 à 1980. Ce qui ne l’empêche pas de lancer dans le grand bain de jeunes talents aussi prometteurs que le photographe Cédric Roulliat.
Pour LyonDesignenVille, il collabore avec le designer graphiste Fabien Dumas qui s’est emparé de l’univers de la galerie avec une fougueuse maestria. En rouge et blanc, le conducteur de la scénographie reprend les codes identifiants de la galerie et les couleurs d’une armoire de l’ébéniste André Sornay.

À partir de là tout va très vite, Fabien Dumas à l’imaginaire débridé met le design, de gourmand à farfelu, en boîte. Du lard ou du cochon ? Dans la rue son enseigne interpelle, « C’est du design ça ? ». Et le chaland attiré de se prendre au jeu, d’autant qu’une table « traverse la devanture » de l’intérieur vers l’extérieur. Dans la vitrine un rituel graphique de pots « Bonne Maman ». Dedans, les ingrédients pour préparer de la confiture design. Hop, hop, hop des boulons, des rivets pop, de l’émincé de polyprolène, un arsenal compose le marché. Les recettes affichées dans une forêt de drapeaux suspendue au plafond. Et à l’assistance technique, une matériauthèque archive les ingrédients, par matière, couleur, odeur…

Ici, le design a comme une odeur ludique d’autant que le visiteur est incité à fabriquer sa confiture sur la fameuse grande table. Dans pareil barnum, les carottes sont cuites, Jean-Christophe Ansanay-Alex taille le pot-au-feu en carrés magiques.

photo thierry chassepoux

Lyon Design en ville – Maison Hand invite Dominique Kieffer et Benoît Astier de Villate

Benoît Astier de Villatte + Dominique Kieffer / Rubelli = Patchwork monochrome

« Habitués des reportages des grandes revues de décoration que sont Pierre-Emmanuel Martin et Stéphane Garotin, il faut s’attendre à une très belle performance de la part de ces créateurs et décorateurs fous amoureux des belles choses maniant habilement le raffinement dans la décontraction. Ils n’ont pas leur pareille pour associer pièces contemporaines et meubles chinés customisés par leurs soins.

C’est donc dans cette mouvance qu’ils peaufinent pour LyonDesignenVille un univers tout de blanc paré « mettant en scène les acteurs du design ». Un patchwork monochrome plus exactement, multipliant étoffes et matières. En haut, une lanterne revue et corrigée par le talentueux Nelson Sepulveda, en bas, les divins canapés de Paola Navone pour Gervasoni et sur la table nappée d’un camaïeu de lin et laine, les étoffes signées Dominique Kieffer se confrontent à la vaisselle du créateur Astier de Villatte. Un service dépareillé dans lequel le tandem de Hand a glissé son grain de sel. Au sol, le fabuleux tapis de Jean-Marie Massaud édité par Kasthall en liste d’attente.

Le chef Christophe Aribert du Restaurant Les Terrasses** à Uriage n’aura pas trop de son talent auréolé de deux macarons au Michelin pour relever le plat dans une symphonie blanche lors d’un dîner recevant la crème des créateurs. »

photos thierry chassepoux

Lyon Design en Ville – Marie Luce Design invite Tomas Erel

Tomas Erel / Saazs: Dessine-moi la lumière !

« C’est bel et bien l’invitation que lance, au showroom de Marie-Luce Design, Tomas Erel directeur artistique de Saazs, maison d’édition spécialisée dans l’éclairage haut de gamme, en collaboration avec le chef étoilé Christian Têtedoie et Marie-Luce et Olivier.

Tout à la fois ingénieur et designer, on parle de lui comme du Starck du XXIe siècle. Avec lui, « demain c’est aujourd’hui » car il a développé, en collaboration avec Saint-Gobain Innovations, un concept de verre éclairant décliné en deux temps :
des meubles éclairants exclusifs, et les luminaires rassemblés dans la collection Lightprose. Lustre magistral, un exemplaire est visible à Lyon dans le tout nouveau restaurant du chef étoilé Christian Têtedoie. Dans la foulée, à l’occasion de LyonDesignenVille, Tomas Erel a dessiné spécifiquement une table sculpture lumineuse qui sera présentée dans le loft de Marie-Luce Design à Vaise avec d’autres pièces de cette collection. Seconde application, l’architecture avec des solutions sur mesure personnalisables (cloison intégrant logo, motifs…). Point de verre, ni de LEDs mais une technologie révolutionnaire résidant en un complexe de verre spécial feuilleté, de 20 mm d’épaisseur enfermant un gaz rare (sans mercure) générant de la lumière par le truchement d’un motif en phosphore sérigraphié au cœur du matériau. Avantages, une lumière douce que l’on peut toucher sans crainte, plus efficace qu’une ampoule classique, à la durée de vie exceptionnelle, 50 000 hz correspondant à 40 ans d’usage domestique.
Déjà conquis par le luminaire, évidemment, Christian Têtedoie va s’empresser de rendre cette table aussi savoureuse que lumineuse. »